Le Musée Itinérant

Litus : La « Dame de Fécamp »

mardi 19 juin 2012, par Tyranus

 La sépulture des Capucins

Nul ne connaît son nom, nul ne sait à quoi elle ressemblait et personne ne sait même quand elle est morte exactement. D’après la carte archéologique de la Gaule 76, c’est en 1872, au lieu dit Le Carrel , près de l’église St Etienne de Fécamp (Seine-Maritime) que sa tombe a été mise à jour. Cependant, les récits de la découverte évoquent plutôt l’ancien emplacement du couvent des capucins ou plus exactement un espace compris actuellement entre les rues Louis Pasteur, Léon Degenetais, Charles le Borgne et Jules Ferry. La sépulture a été datée de la fin du IVème siècle grâce à la présence d’une monnaie d’Eugène (392-394). L’appellation réelle de cette sépulture, que l’on retrouve dans les publications archéologiques, est « Sépulture des Capucins » ; certaines publications du musée de Fécamp la désignent comme « Tombe de l’an 400 ».

Les objets retrouvés montrent qu’il s’agissait sans doute d’une femme de l’aristocratie germanique. En effet, les découvertes originales comportaient des bijoux d’or et d’argent dont certains ont disparu depuis. Or pour certains de ces objets (l’épingle à cheveux par exemple), l’utilisation du bronze était beaucoup plus courante.

(C) Didier Lebon

La conjonction d’objets d’origine locale (ex : la cruche à bec treflé est très probablement la réalisation d’un atelier parisien) et d’origine germanique (ex : les fibules en clochette ; bien qu’il faille relativiser cette désignation ethnique), la présence concordante de mêmes objets provenant d’Allemagne sur des sites similaires (ex : à Saint Vigor le Grand (14)) et datés de la même époque plaident aussi pour l’identification de la « Dame de Fécamp » à l’épouse d’un guerrier germanique de haut rang servant Rome dans le cadre de la défense des frontières maritimes (Litus Saxonicum ). De plus, la présence de telles unités de lètes (colons militaires) ou de mercenaires pour assurer la défense de ce qui sera la Normandie entre 350 et le début du V° siècle est attestée par la Noticia Dignitatum.

Mobilier Dame de Fécamp
Les artefacts conservés au Musée Municipal de Fécamp (Cliché Imagery, collection Musées de Fécamp)

Parmi les objets découverts, ceux en or ont disparu. Le reste est entré au Musée municipal de Fécamp où ces artefacts sont actuellement conservés sous le nom « Tombe de l’an 400 ». Des disparitions auraient eu lieu à plusieurs époques, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale.

  • des bracelets en argent
  • 2 fibules ansées à ressort protégé en argent (l’une est peut-être en bronze)
  • 2 fibules en clochette de type germanique avec perle d’ambre (tutulusfibel, fin IVème-début Vème siècle)
  • 1 épingle à cheveux en argent [Dupliquée]
  • 1 cuiller à parfum en bronze
  • 10 fragments (plaquettes) en os gravé
  • 1 peigne en os
  • 1 écuelle en bronze argenté
  • 1 gobelet en verre à pastilles rapportées (IVème siècle)
  • 1 cruche peinte à bec tréflé [Dupliquée]
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0